C'est bien beau de commémorer le fameux appel de l'Abbé Pierre ; tu sais bien, celui qui commence par « Mes amis, au secours ! ». C'était, il y a 60 ans.

http://lanternediogene.canalblog.com/archives/2007/01/22/3762799.html

Seulement, 60 ans plus tard, ce ne sont pas « 2 000 recroquevillés sous le gel, sans toit, sans pain, plus d’un presque nu », mais bien 20 000 rien que sur le grand Paris...

Nous ne faisons rien ou pas grand chose et moi non plus. Au moins, parlons-en autour de nous. Disons-le à nos relations. J'ai souvent écrit que pour 1 bonne femme – une – l'Abbé Pierre avait mobilisé en quelques minutes des dizaines de gestes de solidarité. Le temps d'aller de la rue Bayard, où il venait d'appeler au secours dans le studio de Radio Luxembourg, de traverser les Champs-Élysées et de rejoindre l'Hôtel Rochester à deux pas. Il était alors un peu plus d'une heure de l'après-midi. Quelques heures plus tard, ce sont des centres d'urgences qui se sont montés. Il appelait ça des « Centres fraternels de dépannage »

 « Fraternel » ! C'est quand même dans la devise de la République, non ?

Et puis, ces mots, ces simples mots :

 

« Toi qui souffres,

qui que tu sois,

entre, dors, mange, reprends espoir,

ici on t'aime ».

 

Devant ce mouvement sans précédent qu'on a appelé « l'insurrection de la bonté », les députés qui, la veille de l'appel avaient encore refusé des crédits car il n'y avait plus d'argent dans les caisses, ont débloqué un budget d'urgence pour la construction de logements. Ça veut dire que c'est possible. C'est à nous de l'exiger !

Déjà, il faut dépanner. J'entendais cette semaine que le nombre de bidonvilles ne cesse de croître en France. En 1973, le Premier Ministre Chaban-Delmas assistait à la destruction du dernier bidonville de France. Quarante ans plus tard, c'est revenu avec la tuberculose et d'autres maladies qu'on croyait relever des pages sombres de nos livres d'Histoire. Nous avançons vers le futur à reculons. Nous abandonnons les valeurs qui ont fait de ce pays une terre où il fait bon vivre. Nous encourageons, chacun à sa façon, l'égoïsme et l'obscurantisme.

 

La seule façon de commémorer l'appel de l'Abbé-Pierre, c'est de mettre fin à cette abomination. C'est de ne plus tolérer qu'un monde parallèle gise à côté de nous.

 

AbbePierre Neuilly 1954

« Devant nos frères mourant de misère, une seule opinion doit exister entre hommes : la volonté de rendre impossible que cela dure.
Je vous prie, aimons-nous assez tout de suite pour faire cela.

Que tant de douleur nous ait rendu cette chose merveilleuse : l’âme commune de la France. Merci ! »

 

http://lanternediogene.canalblog.com/archives/2011/01/22/20187704.html

http://lanternediogene.canalblog.com/archives/2013/01/21/26210208.html

http://www.radiovl.fr/appel-de-labbe-pierre-60-apres-quen-reste-t-il/

http://www.humanite.fr/societe/il-y-soixante-ans-l-abbe-resistant-lancait-l-insur-558187

http://www.paris-normandie.fr/article/france/abbe-pierre-lappel-de-lhiver-54