Burkina Faso

Quelle triste nouvelle ! Un groupe terroriste a investi un hôtel de tourisme de la capitale du paisible « Pays des Hommes intègres », selon la dénomination voulue par celui qu'on surnomme encore là-bas « notre regretté Président », à savoir Thomas Sankara. Le Burkina Faso est un petit pays enclavé de l'Afrique de l'Ouest et l'un des plus pauvres du monde. Comme beaucoup de pays enclavés, il semble avoir été constitué un fois que les autres entités se sont formées tout autour. Ce petit pays présente également une géographie des plus disparates. Le nord est aux confins du désert, la plus grande partie est constituée de savane avec toutes les nuances possibles et imaginables. La latérite domine comme dans tous les pays tropicaux. Le sud-ouest, le long de la Côte-d'Ivoire est arrosé par les pluies océaniques et fournit l'essentiel des légumes frais du pays. L'hydrologie est des plus réduites. La Volta qui donnait son nom à l'ancienne colonie sont trois branches d'un fleuve bien modeste, surtout dans la partie burkinabée. Pour les religions, c'est plus facile. À l'exception du judaïsme et sans doute du bahaïsme, tous les monothéismes sont représentés ou presque. Le résultat, c'est une nation d'une quarantaine d'ethnies et autant de langues. Et tout ça vit en parfaite tranquillité. Les différentes ethnies se méprisent entre elles mais ça ne va pas plus loin que les conversations privées. Dans une même famille (et les familles sont nombreuses en Afrique de l'Ouest), il peut y avoir des catholiques, de protestants, des musulmans. Bien sûr, ça aide à tolérer l'autre. C'est peut-être ça qui a été visé par les terroristes.

 

Le choix du Burkina Faso n'est pas fortuit non plus. Pays pauvre – nous l'avons dit – pays exploité, comme le disait Sankara. Il est plus facile de faire miroiter une amélioration quelconque à des gens qui n'ont rien (et là bas, il y a quantité de personnes qui n'ont rien du tout à part quelques guenilles sur le corps) qu'à des personnes qui possèdent un minimum de biens matériels tels que du mobilier, des ustensiles de cuisine et parfois un téléviseur. Ensuite, le seul avantage d'un pays enclavé, c'est qu'il est entouré de toute part. Ça laisse espérer qu'on peut le transformer en centre névralgique d'où partira toute action vers les autres. Sur un autre continent, le « Che » a appris à ses dépens que ça n'est pas aussi simple. Qu'importe, tout n'est pas transposable. A Ouagadougou, la capitale, se trouve aussi une mosquée wahhabite. C'est le résultat de l'aide arabe à l'Afrique, impulsée par le Président Giscard d'Estaing qui pensait naïvement que les pétro-monarchies, nouveaux riches de la planète, à la faveur du premier choc pétrolier d'octobre 1973, financeraient généreusement l'acquisition de technologie française destinée aux pays d'Afrique pour lesquels il avait une véritable affection. Bien sûr, il n'en a rien été mais ça a donné aux Saoud l'idée d'intervenir sur un continent qu'ils méprisaient jusqu'à présent et d'y diffuser leur idéologie réactionnaire et leur religiosité passéiste. D'où la construction de la grande mosquée de Ouagadougou, d'obédience wahhabite. Il y a un autre élément que beaucoup ignorent ou considèrent comme folklorique. Dans le nord du pays, à la lisière du désert, un illuminé a fait construire cinq mosquées dans la bourgade de Dori. Ce sont des splendeurs architecturales mais le mystère demeure sur les fonds qui ont permis de payer les ouvriers qui les ont construites en un temps record. Officiellement, c'est Dieu lui-même qui a envoyé les bâtisseurs et les a nourris. Le prophète autoproclamé ne faisait pas que construire. Comme tous les prophètes, il prêchait également. Il en appelait au retour aux fondamentaux et notamment au bâton de Moïse et à sa gourde. Toujours ce souci d'enjoliver la sobriété, propre aux fondamentalistes. Il est vrai que c'est le seul moyen de pouvoir intégrer des personnes démunies de tout. En d'autres termes, le choix du Burkina Faso ne doit rien au hasard. On notera que le principal voisin et ami du Burkina Faso est le Mali et que, de l'autre côté, se trouve le Niger. Encore une fois, la position centrale n'est peut-être pas déterminante mais il se trouve dans ce pays de grande tolérance et où les relations humaines sont chaleureuses et sincères, des ferments et un sac de terreau qui n'attendent qu'un ondée pour se développer. Le but évident des terroristes est d'instaurer un climat de peur, de terreur – ainsi que le rappelle leur dénomination – dans tous les pays, et surtout les pays les plus tranquilles afin que nul n'échappe à leur emprise. Il est bien évident que s'il existe, quelque part dans le monde, un territoire où les gens vivent tranquillement, sans référence religieuse ou avec d'autres références religieuses, ça contredit le message d'austérité et de discipline qu'ils diffusent. Le but est aussi d'instaurer une gouvernance détenue par une élite cooptée qui impose sa loi aux autres et prêchera le meurtre de tous ceux qui s'opposeraient à eux ou seraient soupçonnés (en clair dénoncés) de s'opposer. Comme le Burkina Faso n'a pas encore retrouvé sa stabilité politique (destitution du Président et tentative de coup d’État militaire l'an passé), il était temps d'agir et d'empêcher un processus qui allait donner une véritable démocratie dans ce petit pays informé et qui aspire, plus que tout, à la paix.

Flag_of_Burkina_Faso