Quand je dis qu’Astérix est plus sûrement notre ancêtre que les Gaulois !

Je viens de faire un test proposé par GÉO et voici ce qu’ils écrivent : « Vous avez bien l’esprit français ! Et même gaulois, à l’image d’un irréductible petit guerrier gueulard ! C’est un esprit libre et rebelle, volontiers râleur et insatisfait, mais aussi farouche défenseur des droits de l’homme et pétri de bonne volonté. Bon vivant doté d’un sens aigu de la justice (…) »

Autrement dit, plus que le caractère français voire franchouillard, on a la description enjolivée d’Astérix ou, plutôt, de son village tel que présenté dans la page de garde. Le village qui résiste à l’envahisseur romain.

asterix_to_the_rescue_map

 

On sait que la vérité historique est tout autre et même complexe. Pour simplifier, il suffit de rappeler qu’il n’existait pas d’entité appelée « Gaule » qui correspondrait à la France actuelle mais des tribus éparses et se combattant. Encore une fois Gossiny a inventé ce village improbable pour s’affranchir de la réalité historique et dépeindre la France dans laquelle il évoluait en la transposant dans une autre époque. Le succès de la série est tel que, désormais, Astérix est tenu pour la vérité historique : bagarreur, râleur, gros mangeur, tricheur mais aussi sympa et surtout, surtout, RÉSISTANT. Alors que le souvenir de l’occupation était encore prégnant dans la société française du début des années 1960, cet aspect faisait oublier de façon bien commode les jours sombres de la collaboration.

Revenons un instant sur la tricherie. La potion magique, au départ, n’est qu’une facilité dont la BD use et abuse pour sortir son héros d’une situation impossible. Rocambole est le modèle du genre mais il ne pouvait plus être recopié. De même, les auteurs ne pouvaient pas recourir au super-héros à cape, pouvant voler, car trop marqué par la BD étatsunienne. La potion magique est un coup de génie. Certains y ont vu la parodie du « système D » à la française. Nous y voyons plutôt la tricherie caractéristique des pays latins. Il y a quelques années, un ancien international de rugby expliquait que, dès qu’un nouvelle règle apparaissait, aussitôt les Français élaboraient des stratégies pour la contourner ou faire semblant de l’appliquer. D’où, les nombreuses fautes sifflées contre les Français au Tournoi des 5 nations (à l’époque) et en rencontres internationales en général. D’ailleurs, les parties contre les équipes latines telles que l’Argentine ou l’Italie sont redoutées par tous, non pas à cause du niveau de ces équipes mais de l’anti-jeu pratiqué et toujours à la limite de la faute. Comme, au départ, Astérix se voulait avant tout une BD humoristique et parodique, on pouvait allègrement passer outre la faute, d’autant qu’Astérix s’en sert toujours pour la bonne cause. Il doit délivrer quelqu’un ou sauver une vie. La morale est sauve car, en plus de leur arrogance proverbiale, de leur complexe de supériorité, les Français se targuent d’agir toujours dans le sens de la morale.

 

Astérix chez les Bretons

 

 http://lanternediogene.canalblog.com/archives/2015/04/29/31974721.html

http://lanternediogene.canalblog.com/archives/2013/11/12/28414433.html

http://lanternediogene.canalblog.com/archives/2012/06/03/24406971.html

http://lanternediogene.canalblog.com/archives/2016/10/27/34488646.html

http://lanternediogene.canalblog.com/archives/2016/09/22/34354667.html