Il est convenu de dire que le rugby français est comparable au football anglais : un championnat de haut niveau qui attire les meilleurs joueurs du monde mais une sélection qui arrive à peine à suivre l’élite.

Avant d’en arriver à cette synthèse, j’avais établi un parallèle entre le rugby français et le Red-Star, mon Red-Star des années 1970 et, particulièrement, sa dernière saison en première division. À l’époque, les dirigeants avaient recruté quelques vieilles gloires (et non des moindres) du championnat français comme Magnusson et Di Nallo. En l’absence de Laudu (le gardien), blessé et remplacé après son rétablissement, en l’absence d’un meneur de jeu, les anciens n’ont pas pu apporter leur expérience aux jeunes. Le Red-Star est descendu en 2e division pour ne jamais plus remonter. Des clubs de première division redescendus en ces années-là, c’est probablement la seule équipe à n’être jamais remonté, au moins une fois, avec Angoulême, au palmarès moindre et dans un bassin autrement moins favorisé que la région parisienne. Justement, au soir de la cinquième défaite d’affilée du XV de France, le chroniqueur et ancien joueur Fabien Galthié conclut que l’équipe de France est en deuxième division…

france - af sud - Dupont

Au risque d’avance à contre-courant, je ne m’inquiète pas outre mesure puisque, dans le passé, combien de fois avons-nous vu des tournées catastrophiques dans l’hémisphère sud ou des tournois d’automne lamentables suivis d’un Tournoi des six nations exceptionnel. Inversement, une équipe qui avait fait peur, avait fait tomber les nations de l’hémisphère sud s’est retrouvée balayée par les Britanniques. Donc, il ne faut préjuger de rien mais, force est de constater que, depuis 1999, rien ne va plus et le XV de France, qui était vice-champion du monde après avoir éliminé les All-Black lors d’un match d’anthologie, n’a jamais retrouvé ce niveau. À l’époque, un certain Bernard Laporte a écarté de la sélection le meilleur butteur du monde, le meilleur marqueur d’essais et l’excellent capitaine. Forcément, le résultat a suivi : 4e lors du Mondial de 2003 et le fiasco à domicile en 2007. Entre temps, le sélectionneur avait trouvé un maroquin ministériel tout en faisant de la publicité (pour des fournitures de bureau et pour du jambon) sans que personne n’y trouve à redire. Devenu Président de la FFR, s’il a eu raison d’abandonner le projet de grand stade pour le rugby international, il occupe l’actualité dans des domaines éloignés du jeu proprement dit. Avec lui, le maillot de l’équipe de France a été vendu comme tous les maillots des sélections nationales mais on aurait aimé qu’il reste une exception française.

https://fr.sports.yahoo.com/news/rugby-bleus-sponsor-maillot-xv-073000715.html

http://www.europe1.fr/sport/affaire-laporte-altrad-le-contrat-de-sponsoring-maillot-sous-valorise-3455666

Il a été élu en promettant de l’argent pour le rugby amateur et, donc, pour la formation. À quoi servira la formation si, dans une élite à 14 (et probablement à 12 bientôt), une partie des équipe est constituée d’étrangers sans que les Français ne puissent briller dans les autres pays ? M. Laporte en a parlé mais il n’est pas le mieux placé pour cela. À la tête du RC Toulon, il dirigeait, lui aussi, une équipe de mercenaires. D’ailleurs, c’est Toulon, le premier club à avoir engagé une vieille gloire alors qu’il évoluait en deuxième division, à savoir l’immense Umaga, des terribles All Black. Depuis, chaque club tente d’attirer des joueurs qui ne sont plus sélectionnables chez eux et qui rêvent de terminer leur carrière dans la douce France. À ceux-là, il faut ajouter des joueurs étrangers, en concurrence dans leurs pays pour la sélection mais écartés. Ils essaient, alors, d’être sélectionnés en équipe de France. Ayons une pensée pour l’excellent Rory Kockott qui hésitait, qui a finalement franchi le pas pour ne jouer que 15 minutes sous le maillot tricolore sans pouvoir donner la mesure de son talent. Comment aurait-il pu en entrant dans les dernières minutes ? En voilà un dont la carrière internationale a été brisée par ingratitude. Scott Spedding ne portera probablement plus le maillot bleu alors même qu’on manque d’un butteur pour les longues distances ; rôle que peut tenir également Kockott. Seulement voilà, en France, on répugne à gagner au pied. Ça avait pourtant réussi en 1999 avec l’excellent Christophe Lamaison, jamais égalé. Du temps de Laporte, un Fred Michalak a dû céder sa place à un vétéran même plus titulaire dans son club tandis qu’un Yachvili a dû faire face à la concurrence à la mêlée sans beaucoup de considération pour son jeu au pied. Depuis, aucun butteur ne s’est imposé. Pourtant, les équipes de l’hémisphère sud ne laissent jamais échapper les points au pied : une pénalité est faite pour être tentée et chaque grande équipe, d’une manière générale, aligne invariablement un butteur de très haut niveau qui se maintient malgré les aléas de son équipe. Pendant longtemps, les Français ont cru faire la différence avec la mêlée, justement. Or, rien de bien significatif ne sort de la mêlée. C’est le symbole du rugby – avec la ballon ovale – mais c’est un temps de jeu qui éprouvant qui donne rarement l’avantage à une équipe. Lors de la rencontre précédente contre les All-Black, le pilier Rabah Slimani a été souvent sanctionné pour incompréhension de l’interprétation de la règle par l’arbitre. Il serait temps de songer à en finir avec la mêlée.

http://lanternediogene.canalblog.com/archives/2010/03/28/17391009.html

M. Laporte a le don de rebondir quand il se trouve en difficulté. Alors qu’une enquête va se pencher sur un favoritisme présumé (prenons des précautions), il remporte l’organisation de la Coupe du Monde en 2023. Sera-t-il encore Président ? Dans l’immédiat, il s’apprête à limoger son éternel rival, M. Guy Novès, pour manque de résultat. Comment pourrait-il en être autrement pour les raisons indiquées plus haut ? Qu’importe, la mesure passera bien. Son successeur – probablement M. Galthié – fera-t-il mieux que MM. Saint-André et Novès qui ont pourtant un palmarès en clubs impressionnant ? Si ceux-ci ont failli, on se demande comment un autre parviendra à faire beaucoup mieux. Mieux, c’est possible et même probable mais sûrement pas au point de briller au Mondial de 2019. Pour 2023, des changements dans les règles pourraient être apportés. Suggérons d’appliquer la vieille règle d’autrefois quand les clubs de football ne pouvaient pas faire jouer plus de deux joueurs étrangers en même temps. Le problème, c’est que l’ultralibéralisme s’est insinué dans tous les domaines et que les clubs mettent en avant le droit des travailleurs à travailler à l’étranger sans discrimination aucune. Donc, faisons en rugby comme PSG en foot et alignons 11 joueurs étrangers. En rugby, il restera encore la place pour 4 Français…

 

Toujours en marge du jeu, parlons du public. Il est tout de même aberrant qu’on n’ait pas encore trouvé le moyen de galvaniser les spectateurs français lors des rencontres internationales. Tout ce que les Français sont capables de produire, c’est la musiquette de la corrida et la Marseillaise. Encore une exception française : le public qui entonne l’hymne national en cours de match pour encourager son équipe. Pourtant, en dehors des stades de rugby, la Marseillaise n’a pas bonne presse. Paradoxe français… On n’a donc pas trouvé de chant, en français, facile à apprendre et à entonner ? Suggérons une vieille chanson de Pierre Perret intitulée, justement, « Vive le XV ! ». Il suffirait de changer quelques paroles, par exemple en doublant chaque vers :

Vive le quinze (bis)
On est les champions de l'ovale (bis)
Vive le quinze (bis)
Marquons l'essai (bis)
On est français (bis)

 

Je lance un appel : quelqu’un peut-il me dire si le trois-quarts aile Nans DUCUING est de la famille du jeune joueur du Red-Star qui a fini sa courte carrière à Montpellier à la fin des années 1970 ?

http://sport.francetvinfo.fr/rugby/lafrique-du-sud-plonge-le-xv-de-france-dans-la-crise-418311#xtor=EPR-2-[newsletterquotidienne]-20171119-[lestitres-colgauche/titre2]

 

http://www.rugby365.fr/ffr-membre-demissionne-apres-lintervention-supposee-de-laporte-faveur-de-montpellier-5658088.html

 

http://www.lemonde.fr/rugby/article/2017/08/30/rugby-l-affaire-qui-fragilise-bernard-laporte-au-sommet-de-l-ovalie-francaise_5178606_1616937.html

 

 

http://www.rugbyrama.fr/rugby/test-match/2017/france-af-sud-l-antiseche-defaits-d-un-seul-point-les-bleus-n-etaient-pourtant-pas-invites_sto6414852/story.shtml