Je ne connaissais pas cet article en écrivant le mien après l’ouverture du Tournoi.

https://www.humanite.fr/jean-chazal-le-rugby-est-devenu-un-sport-dangereux-648503

Je suis étonné, en tant que profane, de lire que les propos de cet éminent médecin recoupent à ce point les miens. Néanmoins, ce qui motive cette suite, cette mise au point, c’est l’indifférence avec laquelle on a traité le sujet. Qu’on parle de la nouvelle défaite, qu’on ait l’air de dire que c’est pas de chance pour le nouveau sélectionneur, qu’on nous impose comme pensée unique « défaite cruelle » (sous-entendu injuste), passe encore et ça fait partie de l’analyse. Mais qu’on ne mentionne même pas la sortie de deux jeunots pour « protocole commotion » puis qu’on signale juste qu’ils seront indisponibles pour le match de samedi prochain dépasse l’entendement et le supportable.

Certes, nous n’avons pas épluché tous les articles en ligne mais c’est avec difficulté que nous trouvons en conclusion d’un article le paragraphe suivant :

« Jalibert et Dupont sortis sur blessure, touchés tous les deux au genou. Gourdon qui s’est fait mal à la cheville. Le bilan de ce match est lourd pour les Bleus qui perdent une charnière complète. Jacques Brunel a en effet annoncé que c’était grave pour Jalibert. Dupont pourrait aussi souffrit d’une grave entorse du genou. »

https://www.ouest-france.fr/sport/rugby/6-nations/6-nations-france-irlande-que-retenir-de-la-premiere-defaite-des-bleus-de-l-ere-brunel-5543083

Toujours dans Ouest-France (pourtant hors terre d’ovalie) on trouve encore une excellent analyse qui met en avant (sans jeu de mots) le nombre hallucinant de plaquages au cours de la partie.

https://www.ouest-france.fr/sport/rugby/6-nations/6-nations-france-irlande-record-de-plaquages-et-derniere-action-d-anthologie-5544985

Que peuvent nos deux jeunes, avec leurs 80 kg dans des affrontements et des plaquages ? Certes, en tant que « demis », ils ne sont pas censés être dans les mêlées ouvertes ou fermées mais en tant que porteurs du ballon, ils peuvent être interceptés par des joueurs de 130 kg et plus… Comme l’indique le médecin dans le premier article, ça fait 50 kg de différence ; voire plus.

https://www.rugbyrama.fr/rugby/technique/2016-2017/analyse-technique-un-pack-d-une-tonne-bientot-la-normalite_sto5091404/story.shtml

Il paraît difficile d’établir des catégories de poids comme dans les sports de combats. Déjà qu’on a du mal à organiser des rencontres et que, de moins en moins de garçons souhaitent jouer « pilier ». (Ça doit pas être facile de trouver une fille quand son tour de cuisse équivaut au tour de taille de la fille.) En revanche, il devrait être possible de plafonner le poids des joueurs ; disons à 125 kg. C’est déjà pas mal. Ça plaide en faveur de notre proposition de supprimer la mêlée qui aurait l’avantage de supprimer ces gabarits colossaux et dangereux.

 

http://www.programme-tv.net/news/sport/rugby/200330-france-irlande-le-drop-de-sexton-fait-rager-les-internautes-video-revue-de-tweets/

france-irlande-le-drop-de-sexton-fait-rager-les-internautes-video-revue-de-tweets

Je voulais pas parler de ça mais puisque nous revenons sur ce premier match, il faut mentionner la sortie de Dupont. Comme il est sorti pour un « protocole commotion », il a pu être remplacé alors que tous les changements avaient été effectués. M. Owens, l’arbitre, a dû, à deux reprises, demander au capitaine irlandais de s’éloigner de la discussion qu’il avait avec les juges de touches et le quatrième arbitre pour prendre sa décision. Quoi qu’il en soit, le comportement du capitaine irlandais et, à travers lui, des Verts et de leur encadrement ne relève pas vraiment du « fair-play ». L’ancienne gloire du rugby irlandais, O’Driscol en rajoute et la presse anglophone aussi. Même si le règlement ne l’avait pas permis, il aurait été juste que le joueur blessé par un Irlandais, qui plus est, puisse être remplacé. Ce comportement montre bien que le professionnalisme éloigne toujours un peu plus des valeurs du rugby dont on disait que c’était un sport de brutes pratiqué par des gentlemen.

https://www.lequipe.fr/Rugby/Actualites/Bleus-le-quatrieme-arbitre-explique-la-sortie-de-dupont-sur-commotion/873084

Qu’on ose ouvrir une enquête en dit long sur cette dérive. Pour les raisons indiquées précédemment, on n’a jamais eu l’impression que les arbitres anglophones favorisent les Français ; et ça n’est pas qu’une impression, parfois même si ça a beaucoup changé.

https://www.lequipe.fr/Rugby/Article/Enquete-ouverte-apres-le-declenchement-d-un-protocole-commotion-sur-dupont/873134

Si l’on reste dans cette logique intraitable, à l’avenir, pourquoi ne pas imaginer qu’après tous les changements effectués, on essaie de blesser un joueur adverse pour l’obliger à sortir et se trouver en supériorité numérique ? Ça pourrait arriver, notamment avec des équipes qui jouent toujours à la limite de la faute comme l’Italie ou l’Argentine, venues tardivement au rugby.

 

Ce qui nous paraît gravissime, c’est cette indifférence aux blessures et aux joueurs indisponibles. Dans les clubs professionnels, les effectifs sont pléthoriques et l’on peut remplacer facilement. Donc, on fait peu de cas des blessés. En sélection nationale, ça permet de rappeler des joueurs écartés qui ont à cœur de montrer qu’ils sont aussi bons que ceux qui ont les faveurs du sélectionneur. La presse mentionne juste pour information ces « changements » comme s’il s’agissait seulement de remplacer des joueurs qui n’ont pas donné satisfaction. Tant pis si leurs genoux sont esquintés jusqu’à la fin de leur vie. D’ici quelques années, on ne parlera plus d’eux.

Pour éviter certaines dérives du professionnalisme, on pourrait envisager un championnat à 12 provinces avec impossibilité pour un parraineur de se trouver en position dominante. Les clubs garderaient leur fonction de formation et évolueraient jusqu’en deuxième division. Ça éviterait aussi les conflits d’intérêt (bien compréhensibles) entre le club et l’équipe de France. L’élite à 12 aurait son calendrier intercalé avec les tournois internationaux d’automne, d’été et des 6 nations et les rencontres amicales.