Martin_Luther_King_Jr_NYWTS

La première fois que j’ai lu quelque chose sur Martin Luther-King, le titre était « Coupable d’avoir aimé ».

C’est drôle, non, c’est remarquable, plutôt, de voir que les humains sont à ce point fascinés par le meurtre. C’est le seul animal connu pour être capable (hormis les accidents) de tuer ses semblables .

 

Ceux qui appellent au meurtre, à la guerre sont adulés, suivis en masse tandis que ceux qui appellent à la paix sont assassinés.

Martin Luther-King, donc, mais aussi Gandhi, dont il se réclamait et dont il avait mesuré l’efficacité de la non-violence face à un pouvoir armé. Isaac Rabin, assassiné le soir où il venait de comprendre la voie à suivre et s’apprêtait à le dire publiquement. Jaurès, jusqu’au bout, a lutté pour empêcher la tuerie qui allait suivre. Son assassin a été élargi bien avant d’avoir purgé sa peine et les délais de remise de peine. L’auteur du massacre des musulmans au tombeau des Patriarches d’Hébron reçoit, depuis son arrestation, des demandes en mariages qui s’ajoutent aux félicitations. Des centaines de personnes ont dansé sur le toits après avoir vu l’attaque contre les tours jumelles de New-York. Aujourd’hui, on connaît mieux le nom de l’organisateur de ce massacre de civils que le nom de Martin Luther-King.

 

L’humain est la pire des créatures : toujours fasciné par les grandes gueules, par les salauds, prêt à les suivre et se moquer des pacifistes.

 

http://lanternediogene.canalblog.com/archives/2010/10/05/19248211.html

 

Dans ce contexte, le cinquantenaire est plutôt discret. C’est vrai que Martin Luther-King n’était pas français, que son histoire est liée à celle des États-Unis mais quand même. Les Églises protestantes, certes minoritaires ici, ne font rien de particulier pour célébrer l’un des meilleurs des leurs et un exemple pour tous. Une recherche montre même qu’on est agacé de la confusion entre Martin Luther-King et Martin Luther, principal artisan de la Réforme. Le premier fait de l’ombre à son lointain prédécesseur. D’une manière générale, pour nous qui suivons tous les phénomènes qui se développent aux États-Unis, qui tentons, souvent avec succès de les importer, le Jour de Martin Luther-King ne dépasse pas le cadre des États-Unis. Et puis, l’heure n’est plus aux prises de tête mais au divertissement. On veut bien Halloween, du pop-corn dans les salles de cinéma, du basket-ball mais pas d’un type qui donne mauvaise conscience.

 

Son nom était Martin Luther-King et c’était un grand bonhomme

 

 

https://unredacted.com/2011/01/14/mlk-document-friday-through-counter-intelligence-it-should-be-possible-to-pinpoint-potential-trouble-makers-and-neutralize-them/

http://www.historynet.com/martin-luther-king-jrs-letter-from-birmingham-city-jail.htm

https://www.huffingtonpost.com/clarence-b-jones/remembering-martin-luther-king-jr_b_6471172.html