J’apprends avec tristesse la mort de Maurice Bénichou, un acteur pas très connu, confiné dans des rôles secondaires et pourtant…

Je l’ai vu jouer dans « La Cerisaie ». Ça devait être en 1981, au Théâtre des Bouffes du Nord, dans une mise en scène de Peter Brook avec, notamment, Anne Consigny, jeune prodige du théâtre de 17 ans seulement. On voyait en elle la nouvelle Isabelle Adjani.

Avec Piccoli en haut de l’affiche et encore Niels Arestrup, l’assistant du metteur en scène qu’était Maurice Bénichou ne se faisait pas remarquer.

Bénichou, toujours juste, quel que soit le rôle, fait partie de ces acteurs qu’on sent vrais et proches.

Je l’ai aimé dans « Les patriotes », dans « Amélie Poulain » avec ce rôle ultra sensible de cet homme d’âge mur qui retrouve sa petite boite pleine de souvenirs de petits garçons.

Et puis, autre personnage inoubliable, le mari de Balasko, dans « Tout le monde n’a pas eu la chance d’avoir des parents communistes ». Titre improbable mais film tellement émouvant.

 

Maurice_Benichou_002Yitgadal veyitkadach chemé raba (Amen)

 

 

https://www.hotflick.net/pictures/001AME_Maurice_Benichou_002.html