Tous ceux qui ont vécu les années de lutte contre l’apartheid en Afrique du Sud sont tristes d’avoir perdu leur héraut ce soir.

Tous les amis de l’Afrique et tous les Africains sont tristes d’apprendre la mort de Johnny Clegg, surnommé le « Zoulou blanc ».

En écrivant ces lignes, j’écoute l’animateur de radio ivoirien, Soro Solo qui va sans doute lui consacrer son émission.

Il y a un peu plus de 30 ans, après avoir regardé un reportage – un de plus – sur la ségrégation raciale en Afrique du Sud, je disais autour de moi qu’il y avait un espoir, malgré tout, car les deux communauté, antagonistes et même hostiles pratiquent le chant. On m’avait ri au nez et qualifié, comme aujourd’hui sur les réseaux sociaux (pour un tout autre sujet), de « doux rêveur ». Heureusement pour tous les Sudafricains, c’est bien ce qui s’est passé et la musique y a plus que contribué, en interne, d’abord et surtout et puis, à l’extérieur, il y a eu le Concert du Siècle à Wembley en 1988 et, un peu avant, ce tube planétaire qu’a été « Asimbonanga ». L’apport de Johnny Clegg dans la lutte contre l’apartheid et dans la compréhension entre les peuples d’Afrique australe a été décisif. Le combat avait commencé bien avant et il ne faut pas oublier Steve Biko et tant d’autres mais cette chanson a donné un sérieux coup de pouce à la lutte. La jeunesse sudafricaine entendait d’abord un excellent morceau de musique et le reste est venu naturellement.

johnny-clegg-main

Johnny Clegg a été vaincu par cette sale maladie qui touche sans raison. La liste s’allonge, sur ce blog, des personnalités fauchées prématurément par cette saleté de cancer.

Johnny Clegg, au moment de votre dernier voyage, recevez la gloire et le respect pour le bien que vous avez fait, pour l’enchaînement d’événements positifs auquel vous avez contribué et pour la paix, qui n’est pas un vain mot après les années de sang et de larmes !

 

 

 https://www.randexpr.com/clients.php?id=86