Je n’ai pas découvert Mme Taubira, ce matin du 26 septembre 2019. Je lui ai consacré des articles

http://lanternediogene.canalblog.com/archives/2013/11/17/28450886.html

http://lanternediogene.canalblog.com/archives/2013/02/11/26385797.html

Mme Christiane Taubira est l’invitée de la matinale d’Inter de M. Nicolas Demorand et de Mme Léa Salamé et c’est forcément un événement tant sa parole est rare, importante et possède ce don de nous élever à son écoute. D’abord, enjouée, fière de ce tour qu’elle paraît avoir joué aux médias et à l’opinion publique. Arrive ce moment où les journalistes lui demandent de lire un extrait de son livre consacré au massacre du Bataclan.

"Je pleure sur ces jeunes vies arrachées. Je pleure sur ces mamans en désolation, ces papas dévastés, ces amoureux survivants éberlués, ces amoureuses saccagées par le chagrin. Je pleure sur ces enfants qui ne comprendront pas pourquoi maman ou papa ne reviennent pas. Je pleure sur ces jeunes filles enjouées, si habiles à éveiller le désir. Figée cette nuit, dans un calme encore tiède.

Je pleure sur ces garçons chatouilleux et maladroits, sur ces crâneurs et flambeurs qui ne connaîtront pas l’angoisse de vieillir, sur ces amants fougueux, qui n’auront pas à se résoudre aux affres d’un bonheur devenu paisible. Je pleure sur ces dizaines, ces centaines d’amis, de copains, de collègues qui vont devoir inventer des histoires extraordinaires pour tenir bon eux-mêmes, pour tenir au lasso leurs souvenirs, car le malheur ne se contente jamais de l’ordinaire. (Pardon)"

 

Taubira

La presse écrite reprend ce moment rare où une femme mure, éprouvée par la vie, parvient à peine à contrôler son émotion en relisant un passage de son propre livre. Certes, depuis quelques dizaines d’années, les médias recherchent les larmes en direct : micros, caméras, appareils photo etc. L’émotion ‘emporte sur la raison et je le dénonce ici depuis longtemps. Malgré tout, on sentait à l’écoute et à la lecture des articles que c’était autre chose et tout à fait exceptionnel. Les personnes chargées du site d’Inter n’ont visiblement pas saisi ce qui venait d’arriver dans leurs murs. De toutes les pages de web consultées, c’est la seule qui noie cette lecture parmi les autres propos et insiste sur le commentaire de l’actualité par l’ancienne ministre. On reconnaît bien dans ce choix et dans le titre e la page, la patte d’Inter et les prismes à travers lesquels tous les sujets sont traités. On relira : http://lanternediogene.canalblog.com/archives/2014/09/22/30634208.html

La radio ne ment pas. Comme disait M. Elkabach quand il faisait la promotion de son « 13-14 » en 1975/76, « à la radio, même les silences veulent dire quelque chose ». On entend l’émotion, la gêne, le discours lu ou bien appris, la réponse toute faite, l’ignorance ou la bêtise, l’intelligence du propos, la sincérité. C’est pour ça que, malgré l’évolution des médias, je ne peux pas me passer de la radio et que je n’arrive pas à adhérer à autre chose, presse écrite exceptée et lecture sur la toile à présent. Nous avons eu le privilège d’assister, en direct à un moment fort, émouvant et pourtant juste et il est insensé de le mettre au niveau d’un simple commentaire parmi ceux de l’actualité. D’ailleurs, les autres pages du « grand invité de la matinale » sont à l’avenant. On titre sur la petite phrase qui risque d’être reprise pour faire polémique et réduire à néant toute la réflexion, toute l’argumentation de l’invité. Pourtant, M. Demorand nous régale depuis la rentrée par le choix de ses invités : Edgar Morin, Thomas Piketty, Pascal Bruckner, Régis Debray, Boris Cyrulnik, Edward Snowden, Alain Finkielkraut, François Sureau et maintenant Christiane Taubira.

https://www.franceinter.fr/emissions/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien-26-septembre-2019

Alors, pour ne pas finir sur une note négative, voici la retranscription du début de l’intervention de Mme Christiane Taubira :

 

Douce est la nuit, courageuse est la nuit, tragique est la nuit, pourquoi aimez-vous la nuit ?

« Et féconde est la nuit, et résiliente est la nuit ! J’aime la nuit. Il y a très, très longtemps que j’ai un rapport particulier à la nuit qui est vraiment un rapport singulier dans la mesure où c’est la nuit que j’ai conquis ma liberté puisque j’ai commencé, enfant, par transgression, à lire la nuit et, ce rapport à la nuit, c’est évidemment, les bruits qui sont différents, les ombres qui libèrent l’imagination, une vigilance permanente parce que je lisais (…), j’écoutais la musique en sourdine, évidemment, j’étais en éveil (…) Je grandis en fait la nuit. » puis

« J’ai laissé grandir la nuit en moi. Donc, la nuit, je fais ce que je veux. La journée, je fais, à peu près, ce que je dois ».

 

dans les liens qui suivent, on retrouve d’autres paroles importantes de l’entretien avec Mme Taubira :

https://www.huffingtonpost.fr/entry/emue-aux-larmes-christiane-taubira-lit-sa-nuit-du-13-novembre_fr_5d8c60a7e4b0019647a31846

https://www.lemonde.fr/festival/article/2019/09/24/christiane-taubira-c-est-la-nuit-que-s-inventent-tous-les-renversements-du-monde_6012917_4415198.html

https://www.programme-tv.net/news/tv/240610-bouleversee-christiane-taubira-fond-en-larmes-en-evoquant-les-attentats-du-13-novembre-sur-france-inter-video/

et même http://www.non-stop-people.com/actu/politique/christiane-taubira-en-larmes-en-evoquant-les-attentats-du-13-novembre-2015-175427

fait mieux que la page d’Inter parce que, devant la grandeur, on ne peut pas être médiocre.