Quand les humoristes font leur boulot d’humoriste, il leur arrive de pointer des anomalies, des bizarreries et que ce soit drôle. C’est le cas d’Alex Wizorek, un des seuls sur l’antenne d’Inter qui ne se pique pas de faire la morale à l’auditeur mais de remplir son contrat : tâcher de faire rire.

Mardi 14 janvier 2020, il commente les résultats d’audience des radios et s’étonne que, pour la période où l’antenne a été perturbée par un mouvement de grève, Inter ait gagné près de 500 000 auditeurs. Il se demande si c’est la « playlist » qui est plébiscitée ou plutôt, selon lui, l’absence d’émissions. Si c’est le cas (toujours selon lui), ça veut dire qu’il faut réduire encore les effectifs, supprimer des émissions ou même, carrément, laisser la PDG seule au travail avec un juke-box. Jusqu’à présent, c’est la seule analyse lucide de la situation. Alors que nous plaidons, depuis des années, pour la diffusion de plus de chansons à l’antenne, pour couper quelque peu la parlotte incessante, nous voulons voir aussi une demande des auditeurs. Rappelons que, à la mort de Johnny Haliday, des auditeurs et même le directeur de la musique de l’époque, M. Dider Varrod, s’étaient plaints qu’on ne l’entende jamais sur Inter.

 

france-inter-supprime-le-1er-janvier-sa-diffusion-en-grandes-ondes-am-et-sa-meteo-marine-une-decision-qui-lui-permet-d-economiser-six-millions-d-euros-mais-fait-grincer-les-dents-de-quelques-nostalgiques_5772463

Pourtant, l’essentiel n’est pas là. Depuis que nous commentons les résultats d’audience de la radio, nous soulignons l’incohérence entre les succès des radios généralistes et le fait que les générations d’adolescents et de leurs parents – ça fait du monde quand même – ignorent jusqu’au nom de ces stations. C’est pas tout à fait logique. De plus, nous avons commenté, il y a peu, des études qui montrent qu’on écoute de moins en moins la radio.

Or, Alex Wizorek fait état de près d’un demi million d’auditeurs en plus. Est-ce à dire que, alors qu’on écoute moins la radio, ceux qui l’écoutent se concentrent sur Inter dont ils ignorent le nom ? Soyons sérieux !

Enfin, les auditeurs qui ont réagi à la grève des antennes de Radio France qui a commencé fin novembre 2019, ne tarissaient pas d’éloge à l’endroit d’une radio qui les rend si intelligents ; dixit. Seulement, l’intelligence, ça se cultive, ça s’entretient, notamment en s’informant, c’est-à-dire en actualisant ses connaissances. On ne fera pas croire que des auditeurs si intelligents observent une sorte de carême radiophonique et ne vont pas s’informer ailleurs, notamment le matin. Donc, ce sont les autres stations qui auraient dû voir leur audience progresser légèrement. Par conséquent, nous réitérons nos réserves sur ces résultats d’audience et cette fois, le doute n’est plus permis.

 

https://www.lexpress.fr/actualite/medias/audiences-radio-nouveau-record-de-france-inter-toujours-en-tete-malgre-la-greve_2114774.html

nous apprend : « France Inter a même battu son record historique avec 12,8% (+0,9 point sur un an) ». Et de poursuivre : « France Inter creuse ainsi l'écart avec RTL (12,1%, +0,1) qui garde cependant une légère avance selon le critère de la part d'audience. La radio publique, dont les programmes sont perturbés depuis la fin du mois de novembre par une grève contre des suppressions de postes, voit cependant sa durée d'écoute baisser de quelques minutes, à 2h15 par auditeur en moyenne. »

Autrement dit, l’auditeur intelligent d’Inter allume son poste (ou son appli), ce qui fait monter l’audience mais il n’écoute pas longtemps puisqu’il n’y a rien. Donc, ce qui compte, c’est de dire qu’on a voulu écouter Inter mais pas qu’on n’y est pas parvenu… Tout ceci est absurde.

Enfin, l’article de L’Express qui, en son temps, avait cité La Lanterne de Diogène, justement sur une critique de la radio dite de service public, précise : « "L'enquête 126 000" de l'institut Médiamétrie se base sur 26 293 interviews pour la période d'écoute du lundi au vendredi, réalisées entre le 4 novembre au 22 décembre 2019 auprès de la population âgée de 13 ans et plus, représentative de la population française. ». Autrement dit, quand on interroge moins de 30 000 personnes, on en déduit que presque 7 millions de personnes écoutent Inter. C’est intéressant.

On relira :

Comment peut-on être montagnard ? (la montagne vue par la "France"-Inter)

 

Inter - bilan 2019 et toujours (pas toujours) la grève

 

Sur fond de grève à Radio France