À la suite de http://lanternediogene.canalblog.com/archives/2019/06/14/37429796.html

ce sujet, sur la page Internet de France Télévision :

https://www.francetvinfo.fr/bac/baccalaureat-comment-sont-notees-les-copies_3507325.html#xtor=EPR-2-[newsletterquotidienne]-20190626-[lestitres-coldroite/titre7]

88% des candidats ont obtenu le baccalauréat en 2018

konk - bac

La seule chose qui m'étonne, c’est qu'on se rapproche pas du 100%…Le problème, c’est que la sanction arrive plus tard et que nombre d'étudiants sont tout étonnés : "Pourtant depuis le collège, j’ai toujours la moyenne partout"

Toujours sur cette page, on trouve deux paragraphes qui reprennent textuellement le début du reportage, c’est à dire le plus neutre : le prof qui reçoit son paquet à corriger et les instructions. En revanche, ceux qui ne liraient que l’article sans visionner la vidéo ne sauraient pas qu’il est hors de question d’admettre des copies en dessous de 8 / 20.

Ensuite, on apprend qu'il n'y aura plus d'examen d'entrée à Science-Po mais un entretien qui comptera autant que le dossier scolaire.

Curieusement, une rapide revue de presse en ligne montre que seul

https://www.valeursactuelles.com/societe/fin-des-epreuves-ecrites-30-de-boursiers-sciences-po-fait-sa-mue-108387

met en avant l’objectif louable d’accueillir plus de boursiers quand les autres insistent sur des principes bourdieusiens de reproduction des élites mal compris. La pensée unique, tu connais...

https://www.francetvinfo.fr/societe/education/reforme-de-l-admission-a-sciences-po-il-faut-sortir-du-systeme-de-reproduction-social-des-elites_3507399.html

C’est sûr qu’il est plus facile de baisser la barre que de donner à tous les moyens d'acquérir des connaissances. Ça veut dire notamment des classes qui ne sont pas chargées (pas plus de 24 élèves), des profs mieux formés et mieux considérés, des établissements pas trop loin du domicile pour éviter la perte de temps dans les cars (sans parler de la sécurité).

Enfin, on ne peut pas s’empêcher de penser que l’abaissement des exigences sous des couverts d’apparence généreuse masque un manque de moyen criant mais le FMI vient encore de rappeler que la France doit encore baisser ses dépenses publiques et que 3 % du PIB ne suffit pas et qu’il faut aller en dessous de 2 %. Pour quoi faire ?

Surtout, on prive le pays d’élites ce qui le mettra à la botte des autres. Ça commence déjà quand les normes française exigeantes doivent s’effacer devant la dérégulation. On l’a vu avec la levée de l’interdiction du travail de nuit pour les femmes et, bientôt, avec l’acceptation du bœuf aux hormones mais l’interdiction des fromages au lait cru et de la charcuterie locale.

Les futurs cadres ne seront là que pour faire appliquer des règles venues d’ailleurs et seront dans l’incapacité de seulement imaginer qu’on pourrait faire autrement.