Un drôle d'article en page 3 du Monde Diplomatique de ce mois de mai 2014 ; autrement dit la première page rédactionnelle après la une qui présente la couleur du mois, et la page 2 consacrée au courrier des lecteurs. Il s'agit d'un article d'une page signé par M. Daniel Mermet, producteur et journaliste impertinent, bien connu sur Inter.

http://www.monde-diplomatique.fr/2014/05/MERMET/50418

 

Il est tout à fait inhabituel de trouver dans le prestigieux mensuel, un article consacré à définir la ligne éditoriale d'une station de radio sauf lorsqu'elle émet à l'étranger et qu'elle constitue un phénomène dans son pays et sauf lorsqu'on évoque un changement technique majeur qui va provoquer des changements sociologiques. On connaît l'ambition du Monde Diplomatique et l'éclairage original qui lui assure depuis l'origine sa réputation de sérieux et « journal de référence » qu'on ne lui a jamais contestée, au contraire du titre phare de son éditeur, le quotidien du soir Le Monde qui n'inspire plus le respect, surtout depuis 2005 et sa position prise ouvertement en faveur du traité constitutionnel européen, à la manière des médias qui sont la propriété des grands groupes industriels.

 

On peut donc se demander pourquoi Le Monde Diplomatique a publié ce qui ressemble fort à un éditorial et pourquoi, justement, au début de son édition du mois de mai. Il se trouve que de grands changements vont intervenir dans la maison ronde avec l'arrivée, pour la première fois, d'un PDG qui n'est ni issu de la maison, ni journaliste, ni producteur, ni membre en vue d'un parti politique de pouvoir. L'article est intitulé « Rapprocher le micro de la fenêtre ». On ne comprend que dans la dernière phrase que l'auteur rapporte un propos entendu dans une archive sonore (justement l'ancien domaine du nouveau président de Radio France qui officie à l'INA) au moment où un groupe de Résistants prenait le contrôle des ondes nationales après la sombre période de la radio aux mains de Vichy. Seulement, mise en titre, la phrase ressemble beaucoup à revendication, voire une ambition affichée, un souhait de voir une radio dite « de service publique » (puisque le terme de « radio nationale » provoque le rejet même chez les contestataires comme M. Mermet) plus proche de la population et de sa vie réelle. M. Mermet rappelle les grandes dates de la radio nationale, le slogan « écoutez la différence » qui a fait florès et qui date de la fin des années 1970 et du « directeur » de l'époque dont le nom n'est pas cité. Sans doute que M. Mermet qui débutait sur Inter à ce moment-là ne garde pas un bon souvenir de M. Pierre Wiehm.

http://lanternediogene.canalblog.com/archives/2013/08/14/27824192.html

(cet article caracole en tête des plus vus, et de loin, depuis près d'un an)

 

On trouve aussi une critique dont le ton très professionnel et dans la ligne du Monde Diplomatique, n'en est pas moins virulente concernant l'évolution d'Inter qui cherche à coller à l'air du temps pour faire de l'audience au lieu de profiter de la chance inouïe que nous en avons, en France, de bénéficier de la redevance qui met la radio « de service publique » à l'abri des contingences commerciales de ses concurrentes. Il glisse que cette manne finance le personnel (appelé selon le langage technocratique libéraliste « ressources humaines »), les moyens techniques, la production et « une bien belle voiture avec chauffeur pour le président d'une bien belle société de service public ». Un peu avant, M. Mermet rapporte un gros mot tenu dans Télérama à l'endroit des auditeurs et brocarde le « mépris » affiché par l'actuel directeur d'Inter, M. Philippe Val. Surtout, il extrait un message d'un auditeur qui critique une grille d'Inter qui propose « pas moins de dix émissions sur la musique [et] au moins huit magazines multiculturels ». Au passage, ça rejoint notre sempiternel reproche sur « la parlote permanente » sur Inter.

http://lanternediogene.canalblog.com/archives/2010/10/14/19325552.html

 

D'ailleurs, M. Mermet souligne que la phrase la plus prononcée sur la station est « Je rappelle le titre de votre livre ». Nous avons, ici même et à plusieurs reprises, constaté que le modèle quasi unique d'émission sur Inter, même pendant les créneaux nocturnes, est l'animateur qui reçoit un invité qui aborde un sujet généralement traité dans un livre ou un film. Nous avons tendance à penser que la phrase la plus entendue est plutôt : « notre/mon invité, aujourd'hui, est... ». Ce constat navrant et navré avait d'ailleurs été repris dans L'Express en son temps.

http://www.lexpress.fr/actualite/media-people/ces-auditeurs-decus-par-la-parlote-de-france-inter_921105.html

 

Bien sûr, ces griefs sont contredits par les résultats de l'audience d'Inter qui explosent depuis l'arrivée du duo Hees-Val (secondé par Mme L. Bloch, tout de même).

http://lanternediogene.canalblog.com/archives/2010/09/05/18984414.html

 

Il est vrai que, tout comme nous, M. Mermet s'interroge sur la façon dont on évalue l'audience, compte-tenu qu'il s'agit d'un outil destiné à fixer les tarifs publicitaires. Justement, il rappelle aussi que les auditeurs déçus d'Inter finissent toujours par revenir au bercail car ils ne supportent pas la publicité qui règne ailleurs.

http://lanternediogene.canalblog.com/archives/2011/12/03/22873206.html

 

Autrement dit, M. Daniel Mermet se livre, sur une page complète de format berlinois, à une critique professionnelle en règle de la politique de la « station de service public » sur laquelle il travaille. Il le fait alors qu'il est encore en poste, sous les ordres de M. Val qui va céder son fauteuil dans quelques jours, lorsque M. Mathieu Gallet, nouveau PDG de Radio France va mettre en place ses collaborateurs. Par conséquent, on peut se demander pourquoi publier un tel réquisitoire et rappeler la mission d'une radio payée par la redevance alors que l'équipe descendante plie bagages et que la montante définit en privé ce que sera sa ligne de conduite. En d'autre, ça ressemble fort à

un acte de candidature au poste de directeur d'Inter, puisqu'il est expose les dérives de la station et ce qu'il conviendrait de faire pour retrouver les fondamentaux et l'identité particulière d'une « station de service public ». Or, il savait bien que, au moment où sortirait l'édition du mois de mai, les jeux seraient faits. Dans ce cas, il s'agirait plutôt de l'annonce de ce qu'il ferait si. M. Mermet a l'âge d'occuper des fonctions directoriales et, sans doute, le désir, après une quarantaine d'années sur le terrain, de passer à autre chose ; ce qui est tout à fait légitime. Rappelons que M. Mermet a débuté à la grande école de Jean Garetto et Pierre Codou qui ont formé les tout meilleurs producteurs et animateurs de radio de la fin du siècle dernier.

http://lanternediogene.canalblog.com/archives/2010/09/05/18984414.html

 

Par conséquent, ses qualités professionnelles lui donnent la légitimité à occuper de telles fonctions. Ses émissions représentent également une exception dans le paysage audiovisuel français, dans la mesure où il anime une des rares émissions sur une radio généraliste (et pas associative) à proposer une autre approche des sujets. Pour le dire nettement, M. Mermet est altermondialiste et conteste la pensée unique qui nous assène à longueur de temps qu'il n'y a qu'un seul système économique et financier et qu'il faut que nous en soyons bien convaincus.

http://www.marianne.net/Cette-semaine-dans-Marianne-Le-retour-de-la-pensee-unique_a238475.html

 

On sait, à travers l'abstention qui se généralise partout dans l'UE et à travers le rejet par les électeurs revenus en nombre lors du référendum de 2005, que la population, malgré ce qu'il faut appeler un bourrage de crâne, comprend que ce système détériore ses conditions de vie quotidienne et le rejette ; pour peu qu'on lui demande son avis, ce qui arrive de plus en plus rarement. Dans ces conditions, compte-tenu que le travail de M. Mermet est salutaire et apporte une réelle critique (loin du soit-disant « humour » très convenu qui règne sur l'antenne http://lanternediogene.canalblog.com/archives/2010/06/24/18408754.html )

dans un océan de convenances et de pensée unique, il devient très difficile, lorsqu'on est soit même critique du système de contester M. Daniel Mermet et ses méthodes.

http://altermondyonne.canalblog.com/archives/2013/08/05/27787772.html

 

http://www.article11.info/?Daniel-Mermet-ou-les-delices-de-l#pagination_page

 

Ceux qui ont osé s'en sont pris plein la figure. Il paraît pourtant important de dire que M. Mermet est capable de manipuler des informations pour faire passer son message. Ça promet s'il occupe des fonctions directoriales.

http://altermondyonne.canalblog.com/archives/2011/03/06/20557248.html

 

C'est d'ailleurs un peu le problème avec ce genre de personnage. On a vu avec M. Philippe Val comment un ancien contestataire de l'ultra-gauche se comporte dès qu'il détient un peu de pouvoir. Ceux qui l'ont côtoyé à « La grosse Bertha » puis à « Charlie Hebdo » s'en souviennent.

http://lanternediogene.canalblog.com/archives/2010/10/14/19325552.html

 

http://lanternediogene.canalblog.com/archives/2010/10/30/19468314.html

 

Les six producteurs d'Inter remerciés à son arrivée à la direction n'ont que leurs yeux pour pleurer puisqu'ils n'ont même pas eus le soutien de la « vox populi », savamment organisé.

http://lanternediogene.canalblog.com/archives/2010/07/10/18547409.html

 

Gageons, à ce propos, que les soit-disant « humoristes » partis à ce moment-là en instrumentalisant leur éviction, attendront leurs patrons à la sortie au moment où ils quitteront leurs fonctions. Nul doute qu'il se trouvera des commentateurs pour dire à ce moment-là : « on l'avait bien dit qu'ils partiraient couverts de goudron et de plumes ». Évidemment, on ne reste pas à la tête d'une station de radio toute sa vie ; pas plus qu'on ne tient une chronique toute sa vie.

http://lanternediogene.canalblog.com/archives/2012/12/21/25968028.html

 

On peut également prévoir que M. Jean-Marc Four occupera des fonctions importantes, probablement la direction de l'information d'Inter. On peut espérer qu'un émission du genre de celle qu'il présentait autrefois, « Et pourtant, elle tourne », trouvera une place de choix dans la future grille.

http://lanternediogene.canalblog.com/tag/Jean-Marc%20Four

(à noter que le tag « Jean-Marc Four » figure dans le groupe de tête des pages les plus fréquentées depuis quelques jours...)

En nommant à la présidence de Radio France un homme qui n'appartient pas à la profession mais qui a présenté sa candidature en proposant de prendre le tournant du numérique, le CSA a voulu marquer une rupture avec la continuité tranquille proposée par les autres et notamment le PDG actuel qui n'a jamais manifesté d'enthousiasme pour les nouvelles technologies.

http://lanternediogene.canalblog.com/archives/2014/02/28/29330823.html

 

Malgré tout, si l'on peut être sûr qu'il y aura de grands changements sur la forme, on peut douter de la volonté d'ouverture et de frapper un grand coup de la part du nouveau président. De plus, le profil de M. Mermet le disqualifie auprès d'un président marqué à droite. Dès lors, on peut penser qu'il s'agit du baroud d'honneur d'un homme qui sait que ses semaines sont comptées et qui ne se sent plus la force de continuer avec une équipe directoriale qui n'aura d'autre préoccupation que la technique et la mutation numérique de la station. C'est peut-être aussi un renvoi d’ascenseur de la part d'un journal qui a eu accès à l'antenne au cours des émissions de l'animateur rebelle. Daniel Mermet se fendant d'un article de fond sur les missions d'une radio issue de la Résistance. D'ici quelques jours, nous serons fixés. Espérons qu'on n'en finira avec cette parlote envahissante et qu'on entendra des émissions irréalisables ailleurs. Les idées ne manquent pas dans notre pays et ceux qui les incarnent non plus. Jusqu'à présent, le financement existe. Espérons que le futur PDG saura défendre le bien public et que le futur directeur d'Inter ne commettra pas les erreurs des équipes directoriales qui ont été nommées dans la foulée de l'élection de Mitterrand à l'été 1981 et qui ont voulu tout chambouler sans tenir compte de l'avis du grand public. On ne fait pas le bonheur des auditeurs malgré eux.

 

http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/medias/actu/0203460902609-mathieu-gallet-je-veux-transformer-radio-france-667216.php

 

http://lanternediogene.canalblog.com/archives/2010/12/02/19770050.html

 

http://lanternediogene.canalblog.com/tag/Philippe%20Val

 

http://lanternediogene.canalblog.com/tag/France-Inter